Actualité CoronaVirus sur Telegram
évolution coronavirus en direct

Vidéo TV7. Covid-19 : la préfète revient sur une année de crise, "Il ne faut pas avoir...

Un an tout pile après le début du premier confinement, la préfète de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, était l’invitée du JT TV7 du soir ce mercredi 17 mars pour raconter cette année exceptionnelle Mars 2019, Fabienne Buccio devient préfète de la Gironde. Mars 2020, la crise sanitaire s’amorce et un premier confinement démarre en France. La préfète se retrouve en première ligne de cette guerre au pas de charge contre le coronavirus. Pour TV7, Fabienne Buccio a accepté de revenir sur cette année exceptionnelle, ce mercredi 17 mars. « Cela a été difficile, mais aussi assez exceptionnelle, de par la réactivité et la résilience de la population, note la préfète. On a vu comment l’unité est importante dans ce genre de crise. Je le dis d’autant plus que j’ai moi-même eu quelques différends avec les collectivités locales, mais nous avons tenu de manière générale un discours unique, et c’est important pour que le citoyen adhère. » Concertations… et décisions Tous les vendredis matin, Fabienne Buccio avait rendez-vous avec des parlementaires, des grands élus, les présidents d’agglomération, mais aussi des responsables syndicaux, afin de recueillir leur avis et adapter ses décisions. « Il y a des moments où il faut s’écouter les uns les autres, insiste la haute fonctionnaire. Mais, il faut aussi savoir décider. » Avec le droit à l’erreur ? « Moi, je ne suis pas une machine, répond Fabienne Buccio. Je suis une femme avec mes forces et mes faiblesses. Mon métier d’abord, c’est d’être utile aux autres et de leur faciliter la vie au maximum. Quand il faut décider, il ne faut pas avoir la main qui tremble. » Dans la gestion de cette crise, qu’elle a tenté de mener avec le plus de « bon sens » possible, la préfète s’est aussi appuyée sur son duo avec le maire de Bordeaux, « un couple très important, même si nous avons aussi besoin des décisions au niveau national, car nous sommes dans un pays très sensible à l’égalité de traitement. » Pas une seule décision prise sans l’ARS Autre binôme capital pour la préfète, celui formé avec le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS), dans une « parfaite entente », d’après elle. « Je n’ai pas pris une seule décision sans le consulter. » Le Nouvelle-Aquitaine vient de dépasser les 4 000 morts du virus. Le nouveau cap : la vaccination. 520 000 Néo-Aquitains sont vaccinés à ce jour. « La vaccination, c’est la solution, c’est pour ça qu’il ne faut pas avoir d’hésitation », appuie la préfète. Mi-avril, un « méga centre de vaccination » devrait voir le jour à Bordeaux. Quid du jour d’après la crise ? Pour les entreprises, les citoyens, les collectivités… « notre ambition, c’est que toute cette période ne soit pas du temps perdu. » Sur le meme sujet AstraZeneca suspendu : « Si des gens ont peur, je veux bien prendre leur place », le témoignage des internautes Emmanuel Macron a annoncé lundi la suspension temporaire du vaccin AstraZeneca. Si certains internautes n’ont plus confiance en ce produit, la plupart se disent sereins Sur le meme sujet Covid-19 : « Cet été, nous serons tous vaccinés », assure le directeur de l’ARS Nouvelle-Aquitaine Le directeur général de l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine, Benoît Elleboode, assure que la campagne de vaccination n’est pas compromise par les déconvenues de l’AstraZeneca. Interview Sur le meme sujet Sud-Gironde : le lycée de la Sauque fermé après la détection d’une cinquantaine de cas positifs au Covid L’établissement privé a fermé ses portes mardi 16 mars sur décision de l’Agence régionale de santé. Depuis une semaine, les cas se sont...
Coronavirus, Santé, Crise, Covid, Gironde, Bordeaux, Communes, L'épidémie de coronavirus en nouvelle-aquitaine, Faut, Année, Main, Revient, Thématiques, Préfète, Tremble


Publié le 17/03/2021 18:47:43 sur sudouest



Actualités similaires :